Un nouveau Monde, de nouveaux liens...


    Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Partagez
    avatar
    Itarille
    Invité

    Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Itarille le Jeu 23 Mar - 20:36

    Les deux cavaliers avaient pris la route sur le chemin terreux et caillouteux qui allait de l'orée de la forêt des Arborydes jusqu'à l'entrée de la ville d'Anirae. Depuis ce chemin on avait une vue générale des environs, le désert , les montagnes au loin , les forêts , la mine, la mer elle n'était que difficilement visible, cela dépendait du temps.

    En ce jour le soleil régnait, le ciel était parfaitement bleu et il n'y avait pas un nuage. Il faisait chaud, mais c'était une chaleur supportable, d'ailleurs il y avait une légère brise qui apportait de la fraîcheur. Bref le climat était agréble pour partir en route, cela leur serait favorable.
    Tous deux cavalaient en silence vers la forêt. Thérak avait l'air très sérieux, le genre d'homme qui n'a pas envie de s'étandre sur des sujets de conversation futile et qui préferait se taire pour réfléchir. Il semblait être une personne solitaire et froide. Mais Itarille décida tout de même d'engager une conversation pour tenter une approche.


    " Dîtes-moi, que faisiez vous durant le temps que je vous ai attendu. Vous êtes arrivé tellement vite, comment avait vous fait cela ? "

    Elle attendit qu'il veuille bien lui répondre.


    Dernière édition par le Dim 26 Mar - 16:55, édité 1 fois
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Invité le Ven 24 Mar - 20:00

    Therak avait suivit, à piedn la jeune femme sur son destrier, regardant le paysage, voire l'admirant. Le soleil reflétait sur le sable une myriade de petites lueurs guillerettes, qui brillaient différemment au fur-et-à-mesure de leur mouvements, comme lorsque l'on regardait le soleil se refléter sur la neige : un désert jaune aux milles flammes, rendu splendide par le Simple Soleil. Sa tunique était légère, heureusement, et la chaleur ne s'accrochait pas à lui : il était aussi insensible à tous les climats, qu'ils soient ventus, chauds, froids, en tempête, tout, résultat de longues années à se dépasser physiquement au sein des Monastères Etoilés, pour devenir ce qu'il était aujourd'hui : un guerrier sans équivoque.

    Son visage s'emprunt d'un fin sourire à la quetion de l'elfe. Ainsi les arts magiques n'étaient pas destinés à tout le monde, ou leur étude en tout cas. Elle l'avait passé en revue depuis qu'ils s'étaient rejoints, et le moine s'était laissé faire, peu soucieux qu'une personne veuille savoir qui lui servirait de garde du corps.

    Il se reporta sur le terrain avant de répondre à Iltarille, d'un ton assez mystérieux :

    - J'étais en avant,en train d'explorer le terrain en prévention pour votre expédition, je me suis arrêté à la lisière de la forêt, d'où je vous ai aperçue et rejoint.

    Il marqua une pause. La femme semblait avide de détails quant à son sujet. Elle saura, un jour, mais pour l'instant, le moine restait assez vague.
    - Je n'avais jamais vu beaucoup d'elfes auparavant, ils se font rares par ces temps. Qu'est-ce qui vous a ammené en Anirae ?
    avatar
    Itarille
    Invité

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Itarille le Dim 26 Mar - 17:47

    L'elfe cavalait doucement pour que le guerrier la suive plus aisémment, mais il fallait avouer que cela la gênait quelque peu qu'il fasse le voyage à pied alors qu'elle était à cheval.

    Elle écoutait attentivemant lui répondre mais elle percevait bien qu'il restait énigmatique sur certain point. Elle ne s'était donc pas trompé ce n'était pas quelqu'un de très bavard mais qui au contraire préfère conserver son mystère. Pour cette raison elle n'insista pas et se dit qu'elle le découvrirait peut-être au fil des jours.

    Elle non plus n'avait pas réellement le désir de s'étaler sur son vécu et sur les raisons qui l'avaient conduits à Anirae, tout comme lui elle allait trouver le moyen d'esquiver, de survoler sa question.



    " Je comprend votre étonnement, il doit vous paraître étrange tout comme à bien d'autre ma présence au sein d'une civilisation, dans une ville loin de ma forêt. Il est vrai que ce n'est pas habituel pour des elfes. Il faut croire que je suis quelque peu différente. "


    On m'a souvent dit cela depuis mon enfance. Je n'ai pas l'attitude d'une véritable femme elfe. Allez savoir pourquoi. Contrairement aux autres de mon espèce je ne déprécie pas facilement les autres races, j'ai une certaine fascination pour les humains. J'ai d'ailleurs pu m'en donner à coeur joie pour apprendre des choses sur eux le peu de temps que j'étais à Anirae."


    Elle su tut, comme toujours elle n'avait pas vraiment réussi à tenir sa langue et elle commençait à raconter un peu trop de choses sur elle. Notamment les moins intéréssantes. Elle savait qu'il fallait qu'elle parle à Thérak de ce qui l'attendait dans la forêt mais elle n' ariivait pas à se décider à lui en parler. Et la mélodie repris de plus belle dans sa tête à lui en donner la migraine mais elle esséya de la refouler. Du moins pour l'instant.

    " Vous êtes sûr que vous ne désirez pas une monture, vous vous fatiguerez moins ainsi. Cela me met quelque peu mal à l'aise de vous voir marcher sous cette chaleur. Si vous le voulez vous pouvez vous installer avec moi sur le mien en attendant de vous en procurez une ? "
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Invité le Lun 27 Mar - 9:41

    Mitoz, regardait de loin. Son uniforme de Capitaine toujours sur le dos, il s'avanca. Il n'allait pas bien vite, par rapport aux deux autres individus. Mais il les suivait.

    Il ne cherchait pas spécialement à être vu, ni à se cacher. Il était là. C'est tout.

    Les deux individus semblaient parler entre eux. Avec retenue semblait-il. Mais ce n'est pas ce qui importait.

    Non. Le fait important était que l'homme à pied était celui qui avait combattu l'orc. Mitoz s'en souvenait. Ah... ça oui. Il avait même été surpris avec sa lueure bleutée... La seconde, par contre, ne lui disait pas grand chose. Une nouvelle arrivante?

    Peut-être.

    Dans ce cas, là sa tache n'en serait que plus facile. Il lui fallait un maximum d'information pour pouvoir l'accomplir à bien, et les nouveaux arrivants étaient sans aucuns doutes, bien bavard...
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Invité le Jeu 6 Avr - 2:09

    Son sourire ne s'effaça pas. Décidemment, il sera plaisant de faire le voyage avec l'elfe. Ses questions mêlaient un soupçon de naïveté avec de la gentillesse, ne laissant que amusement et bonne humeur pour Therak. Il se devait de l'informer sur les traditions et obligations d'un moine Equanime.

    A nouveau, son regard se porta loin devant, et sa voix fut teintée d'un léger rire.

    - Il m'est avis Dame Iltarille, que notre route ne sera pas beaucoup parcourue par de nombreux villages, je pense même que aucune sorte d'agglomération voire de petites précaires ne puissent réellement s'installer dans ce territoire. C'est d'ailleurs même étonnant qu'il pousse de la végétation dans ce désert, ou alors il faudra trouver la source de magie qui en est l'origine.

    Le Moine leva sa main et caressa le flanc du cheval de l'elfe dans un geste hypnotique.
    - Je ne prendrais jamais de cheval, si c'est ce que vous voulez savoir. Je ne veux pas faire usage de qui que ce soit, sauf si cela s'avérerait vraiment d'extrême nécessité. Nous nous devons de continuer ce principe, et j'en comprends la signification. Nous devons nous limiter à ce que notre corps nous permet, sans aide extérieure, sauf si l'aide provient d'une source morte, comme pour un bâton par exemple. Je respecte ce principe autant que celui que je ne porterais jamais une réelle arme à ma ceinture, car j'ai fait ce choix cela fait maintes années. Aimeriez-vous que quelqu'un monte sur votre dos constamment et vous charge comme un baudet ?
    avatar
    Itarille
    Invité

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Itarille le Jeu 6 Avr - 23:15

    Les paroles de Thérak étonnèrent au plus haut point la jeune elfe : Comment un guérrier tel que lui pouvait-il déclarer refuser tout bonnement de posseder une monture et porter une arme? Elle pris conscience alors, que depuis qu'elle l'avait vu au mine du sud elle s'était aussitôt imaginé que cet homme était un combattant. Mais à y réfléchir maintenant n'avait-elle pas fait un jugement trop hatif ? Elle ne s'était pas posé la question de savoir qui il était en réalité. Sans doute était-ce pour cette raison qu'il tenait un tel discours, justement parce qu'il ne devait pas être qui elle croyait qu'il était. Elle resta pensive quelque seconde avant de lui répondre tout en le regardant caresser le flanc du cheval.

    " Oui vous avez raison il ne doit pas y avoir grande foule sur la route que nous sommes en train de prendre, il est vrai qu'à mon arrivée ici par cette direction justement je n'ai rencontré aucun village ni habitations, cela me revient à présent. Cette contrée est un véritable désert."
    Elle regardait au loin sur la route, elle se tut quelques secondes avant de reprendre.

    "Je comprends très bien ce que vous voulez dire. J'aime beaucoup votre philosophie, votre façon de voir les choses, comme ce respect pour les animaux que vous avez et que je partage tout comme pour la nature.
    N'oubliez pas que moi-même suis très attachée à la nature, cela m'e tient très à coeur étant donné que je vis au coeur d'une forêt. D'ailleurs je vis, enfin mon peuple, dans cette forêt où nous allons précisemment. Il est vrai que dans ma condition d'elfe je n'apprécierais guère que l'on me charge "comme un baudet" selon votre expression. Seulement les chevaux nous sont très utiles pour faire de long voyage et je verrai plutôt les choses comme la suivante c'est à dire qu'il nous rendent service comme on le ferait pour un ami, c'est un lien amical avec un animal : lui nous transporte et nous prenons soin de lui en retour.
    A moins que l'on sache faire de la magie, je ne connais pas meilleur moyen pour voyager plus rapidement. Mais si vous préferez rester à pied je respecte entièrement votre décision, soyez-en sur."

    Une fois son discours terminé, elle fit un silence de quelques minutes et caressa elle aussi ce magnifique animal qu'ele aimait tant. Elle se remémora le temps d'un instant, quand étant encore une jeune enfant, elle galopait avec la monture de sa soeur qu'elle avait emprunté partant au galop dans la clairière. Puis elle chassa ce souvenir de sa mémoire et reposa son regard sur Thérak.

    "Mais dîtes-moi tout de même, ma question va peut-être vous paraître étrange et naïve, mais n'ayant vécu que dans ma forêt je ne connais pas énormément , seulement de nom, d'autres races et je ne les reconnais point à vue d'oeil, vous êtes quoi vous exactement ? Quand vous dîtes "nous" de quel peuple parlez-vous ?
    Je viens de prendre conscience que je ne m'étais même pas posé la question , jusqu'à présent je croyais que vous étiez un guerrier ? Cela doit surement vous faire rire."
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Invité le Ven 7 Avr - 22:03

    Therak posa la main sur son front à la question de l'elfe, pour répondre d'une voix changeante ; de amusée elle se transforma en solennelle :
    - Je suis humain, comme la plupart des personnes qui composent ce monde, je n'ai pas de peuple à proprement parler. Quand je dis Nous, je ne parle pas d'un Peuple, mais d'un Ordre.

    Ses yeux noirs virèrent doucement vers ceux d'Iltarille, pour la fixer.
    - Je viens d'assez loin, d'une région couverte de montagnes et de neige, de Monastères pour être plus précis. On les appelle les Monastères Etoilés, car ils touchent l'Arche Céleste et dépassent les nuages. Je suis Défenseur, le troisième "rang" après le Novice, celui qui vient d'entrer dans l'Ordre. Nous nous appelons Equanimes. Pour dire vrai, vous n'avez pas tout à fait tort : nous sommes des guerriers, en même temps que ces guerriers utilisent leur propre corps comme arme et armure. Mais nous sommes Moines en même temps, et de ce fait, nous avons adhéré à un dogme et ses principes. Le respect et l'égalité de toute forme de vie animale autant que végétale en fait partie, c'est pourquoi nous nous déplaçons toujours à pied.

    Il arrêta de caresser le flanc de la monture d'Iltarille, le temps de reprendre le fil de ses pensées.
    - Notre Ordre date de plusieurs centaines d'années, voire plus, mais il a été oublié depuis longtemps également. Nous ne sommes généralement considérés que comme de simples moines, prêchant une religion stupide et bornée, non, nous ne sommes pas cela. Nous avons plus une forme de pratique que de vraie religion. Notre religion, c'est l'art de combattre dans toute sa simplicité et complexité. Pour compléter ce portrait, nous ne sommes pas des agresseurs, mais des protecteurs, rôle que je suis chargé d'effectuer auprès de votre personne.

    Il avait beau dire cela, il voulait avant tout effectuer un voyage plaisant, avec un vrai compagnon, voire une amie, plutôt que de rester au stade de simple garde du corps, car il n'était pas ce genre d'hommes.
    - Ne vous inquiétez pas pour moi, j'ai déjà parcouru la distance qui séparait Anirae des Mines du Sud en courant, j'ai du passer par un bout de la forêt, à l'Ouest, donc je pourrais faire ce voyage sans monture.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Invité le Sam 8 Avr - 16:24

    On ne pouvait pas dire que la mission de Mitoz soit trés commune mais en y réfléchissant bien, cette mission tombait sous le sens.

    On pouvait aisément comprendre le point de vue de son Juge. Et Mitoz n'en dirait pas plus si il devait préciser sa tache aux intrus...

    Evidemment, ce serait à eux de se renseigner...

    Mitoz, tout en remuant ses méninge essayait d'entendre la conversation des deux aventuriers. Pas qu'ils parlaient fort, non, mais Mitoz avait plus d'un tour dans son sac pour entendre à longue distance...

    Et évidemment, plus Mitoz en saurait sur les gens peuplant Anirae, plus ses missions à venir en serait facilitées...

    C'est dans cet objectif qu'il resta donc en arrière des deux individus, sans essayer pour autant de se faire discret.
    avatar
    Itarille
    Invité

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Itarille le Dim 30 Avr - 3:35

    Itarille l'écoutait avec une grande attention, elle le regardait droit dans les yeux et absorbait ses paroles. Enfin elle comprenait qui il était vraiment, sa vrai nature, ses réels principes et le voyait tout un coup sous un jour nouveau. Il parlait de lui et de son univers avec une telle passion et une telle fierté que cela l'impressionait au plus au point.

    Elle ressentit une réelle admiration pour ce qu'il était et eu le sentiment sans trop savoir comment il lui était parvenu à l'esprit, qu'il pourrait arriver à creer une bonne entente entre eux s'il le désirait lui aussi. La quête serait ainsi plus agréable et le travail à deux facilité.


    Tôt ou tard elle aussi devrait lui parler de ce qui se passe chez elle , cette guerre atroce, contre des êtres si pures (les siens) et ces êtres immondes d'Ames damnées. Mais elle se dit qu'elle ne lui en parlerait qu'une fois entré dans la forêt, pour l'instant le plus important était d'y arriver au plus vite pour parvenir à retrouver l'elfe disparu et découvrir le mystère de sa disparition.

    Après un long silence la jeune elfe tourna la tête comme intimidée et aperçu un homme qui cavalait derrière eux seul. Elle reporta son attention sur Thérak tout en se demandant sans plus ce que cet homme faisait ici. Elle lui lança :


    -" Bien alors êtes-vous en forme pour une petite course pour que nous puissions arriver le plus vite possible dans la forêt ?

    Elle ne lui laissa même pas le temps de répondre et s'élança au galop pour l'inciter à la suivre un grand sourire au lèvres telle une petite fille qui lance un défi à un quelqu'un de plus fort qu'elle.

    Elle avait dit cela sans qu'il puisse s'y attendre :

    -" Suivez-moi ! lui cria t-elle, nous verrons qui arrive en premier !-"

    [Direction, L'orée de la forêt des Arborydes.]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Invité le Dim 30 Avr - 18:37

    Le Moine esquissa un sourire aux paroles d'Iltarille. Un cheval contre un homme à pied, il n'aurait aucune chance, cela il savait qu'elle en était certaine. Mais l'amitié commence toujours par quelque chose d'assez idiot en soit : une course, une rencontre, et des choses de ce genre. Autant que le voyage se passe dans la plus grande joie possible, la chose n'en serait que plus agréable.

    Déjà elle prenait beaucoup d'avance, et il n'eut d'autre choix que de s'élancer également, immédiatement à sa suite, sans trop forcer l'allure, car, bien que ce soit une course de vitesse, l'endurance était de mise : il devait conserver une allure rapide, mais régulière, le tout sans s'essoufler. Un défi, voilà ce que c'était pour lui. Il avait toujours couru pour une destination, mais jamais contre quelqu'un. Une nouvelle expérience, une nouvelle sensation. Beaucoup de gens couraient contre les autres pour gagner, mais là, il ne voulait que s'amuser.

    Le Moine courut, d'une vitesse assez grande, bien que restant dans la possibilité de ses poumons et de ses jambes, c'est à dire plus rapide qu'un humain "banal", mais trop lentement pour un cheval.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Invité le Jeu 11 Mai - 9:44

    Mitoz avait pris tout son temps. Les informations qu'il recevait, il les consignait, comme il le pouvait, dans un petit carnet.

    Sa tache n'était pas aisée. Sans se laisser distancer, il devait pourtant écrire ce qui lui semblait important. Son rapport n'en serait évidemment que plus facilité.

    Lorsque la course s'engagea entre les deux concurrents, il retint son cheval, le temps de finir d'écrire ce qui lui restait en mémoire.

    Puis il rangea le tout dans sa petite sacoche, accrochée à sa jambe droite. Son uniforme de Capitaine lui donnait chaud sous ce soleil. Et heureusement, celui-ci commencait à disparaitre sous les nuages.

    Il prit les brides de son cheval, puis fit un bruit de bouche. Celui-ci partit alors au galop. Il devait rattrapper au plus tôt les deux compères.



    [Direction Arrow L'orée de la foret des Arborydes.]

    Contenu sponsorisé

    Re: Sur le chemin de la forêt des arborydes

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 11 Déc - 4:15