Un nouveau Monde, de nouveaux liens...


    A l'orée de la forêt des Arborydes

    Partagez
    avatar
    Itarille
    Invité

    A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Itarille le Mar 2 Mai - 11:04

    En chemin la jeune elfe fit ralentir la cadence de sa monture. Elle était partie au galop mais maintenant son cheval était au trot. Il était inutile qu'elle aille plus vite car bien evidemment Thérak ne pouvait la rattraper facilement.

    Donc elle attendit un peu elle ne voulait pas qu'il la perde de vue. Elle se retourna avec sa monture dans la direction par où allait arriver Thérak. Elle mit sa main en visière pour parvenir à le distinguer, elle avait pris beaucoup d'avance, elle ne se trouvait plus très loin de l'orée de la forêt.


    (Bon je ne devrais pas tarder à l'apercevoir, se dit-elle, cet homme a de grandes capacités physiques, elle s'étonnait quelque peu qu'il est accepter ce "jeu", néanmoins il était nécessaire pour remplir leur mission le plus vite possible.
    Bien il me rejoindra...je vais aller patienter à l'ombre des arbres, décida t-elle.

    Et la voilà qui s'élance à nouveau pour parcourir la distance qui la séparait de l'entrée de la forêt.


    Dernière édition par le Mer 3 Mai - 19:25, édité 1 fois
    avatar
    Itarille
    Invité

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Itarille le Mar 2 Mai - 11:36

    Une fois là-bas, elle descendit de sa monture l'attacha au tronc de l'arbe le plus proche et s'adossa contre ce dernier.

    " Ah enfin un peu d'ombre, je commençai à ne plus pouvoir supporter la chaleur écrasante de ce désert ! " s'exclama t-elle à haute voix.
    "A toi aussi cela te sera bénefique de te reposer un peu un long voyage nous attends. " elle disait cela à sa monture tout en la caressant.
    Puis elle s'éloigna et se mit face au chemin qui s'enfonçait dans la forêt des Arborydes. Il était plutôt pratiquable mais il fallait reconnaître qu'il n'était pas très dégagé. Des fougères, des ronces et des branches barraient quelque fois la route. Elle revint sur ses pas et regarda au loin la silhouette de son compagnon qui arrivait.

    (il sera là dans quelque minute
    , conclut-elle)

    Cette conclusion se fit rapidemant dans sa tête elle n'avait pas pu le fuir bien longtemps ; dès qu'il arriverait, elle ne pourrait plus reculer. Elle se devait de l'avertir de ce qui se passait chez son peuple plus loin au coeur de la forêt, tout en priant pour qu'il n'est oas à passer par là. Mais cela était pratiquement impossible étant donné que l'homme qu'il recherche est un elfe.

    D'un autre côté elle aurait aimé partir là à l'instant leur venir en aide où se réjouir avec eux de leur victoire ou encore pleurer les victimes, accompagner dans la douleur ceux qui ont perdu des leurs. Peut-être même qu'il pourrait à la fois chercher cette elfe et combattre avec les sien, elle espérait que Thérak lui dise que c'était ce qu'elle avait de mieux à faire et qu'il aiderai.
    La jeune elfe se retrouvait perdu dans ses pensées les yeux perdus dans le vide, Thérak se rapprochait.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Invité le Mer 3 Mai - 16:32

    Nom d'une comète, l'elfe avait prit beaucoup d'avance à forcede galoper, elle en était déjà à l'orée. En espérant qu'elle ne s'aventurerait pas seule dans la forêt, il accéléra son allure, au risque d'arriver essouflé à la fin. Il avait une mission, et même s'il voulait que cela ait plus l'air d'un accompagnement, cela n'en restait pas moins une mission, confiée par le Juge Elfus.

    Etrange duo néanmoins, quand on y pensait, pour aller sauver quelqu'un : une elfe, coincée par le passé, tentant de se faire une nouvelle vie, énergique, et un moine, patient bien que curieux parfois, en train de continuer un apprentissage ; deux opposés, pourtant réunis en cette même voix. Mélange assez hétéroclite, et pourtant, il naissait une bonne entente entre eux deux, comme quoi tout était possible.

    Il arriva bientôt à l'orée, légèrement essoufflé, mais son souffle serait bientôt à la normale, juste une question de minutes.

    Le moine arriva près du cheval de l'elfe, sans pour autant repérer l'elfe, qui s'était éloignée.


    * elle finira bien par revenir *

    Il s'installa près du cheval, tranquillement, en tailleur, afin de profiter de la seule forêt présente dans cette région.
    avatar
    Itarille
    Invité

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Itarille le Ven 5 Mai - 12:49

    Itarille revint sur ses pas car Thérak l'avait à présent rejoint et se trouvait près de sa monture certainement en train de reprendre son souffle. Il ne l'avait pas vu car elle s'était éloigné un peu sur le chemin pour examiner la route.

    Elle se mit à marcher d'un pas trainant en sa direction, c'était le moment de lui annoncer le terrible danger qu'ils auquel il serait surement confronté d'ici peu à cause de devoir rechercher cette elfe. Elle le maudissait en son fort intérieur.

    Puis au bout d'une minute elle ariiva auprès de son compagnon.


    - Cette petite course vous a t-elle fait du bien , avez-vous pris le temps de vous reposer ? lui demanda t-elle de sa voix douce.

    - je suis allée voir le chemin, ça peut-aller il est plutôt pratiquable, mais je pense que je vais marcher avec vous ce sera plus simple pour éviter les branches et pour que vous économosiez vos forces.
    cela vous va t-il ?


    Elle écouta les réponses de Thérak puis sans qu'il s'y attende elle lui coupa la parole :


    -"Ecoutez moi avant de reprendre a route pour rechercher l'elfe je dois vous avertir d'un grave danger"


    Elle regarda attentivement en attendant sa réaction.
    avatar
    Itarille
    Invité

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Itarille le Mer 10 Mai - 23:29

    Après ces quelques paroles Itarille s'était tut quelques secondes, une question lui vint alors à l'esprit. Il était probable que le moine connaisse l'existence de ces êtres immondes que sont les Ames damnées, en effet il s'attaquent aux humains, or Thérak en était un. Elle se posait cette intérrogation tout en s'agenouillant près de lui pour mieux lui parler.

    " Ce que je vais vous apprendre est on ne peut plus sérieux, d'ailleurs vous avez peut-être déjà eu connaissance de ces évenements et de ces êtres dont je vais vous parler.

    Je vais vous expliquez assez brièvement la situation terrible dans laquelle se trouve mon peuple sans doute encore à l'heure qu'il est .
    J'appartiens aux peuples des Hauts-elfes et nous vivons justement dans la forêt dans laquelle nous allons pénetrer. Plus précisemment en son coeur même, dans un endroit calme et discret. Les elfes vivent réellement dans un climat de telle sérénité et tranquilité comme vous devez le savoir de part votre culture. Seulement voyez-vous cette tanquilité a été quelque peu perturbé il y a un quelques temps déjà par , comme on les appellle chez nous, les Ames damnées.

    Ils sont une race de fantôme en quelque sorte. Ce sont d'anciens humains qui sont morts. Après leur décès ils s'échappent de leur corps une substance je ne saurais vous expliquez exactement quoi de façon très scientifique, mais cette chose prend une forme. C'est en réalité leur esprit, leur ame qui s'échappent d'eux alors que le corps se décompose. Cetta ame prend la forme d'un nuage gris telle une silhouette humaine enveloppée par de la fumée. Ces Ames devraient en temps normal quitter la terre seulement pour ces êtres dès qu'elle sortent du corp, elles se perdent...elles sont perdues. Elle ne vont pas là où les autres ames des hommes vont de coutume c'est à dire qu'elles ne se dispersent pas dans l'atmosphère pour recomposer à nouveau ue partie de l'univers, non celle-ci refusent de se laisser mourir, détruire grâce à un sentiment très fort qui leur crée alors un pouvoir immense. Ce pouvoir leur permet d'empêcher leur ame de se volatiliser, d'aller où elle devrait aller. Ce sentiment est à la fois une peur profonde, un sentiment de profonde injustice, une haine indescriptible envers la condition humaine et une lueur d'espoir de pouvoir acceder à l'immortalité dont rêve ces personnes.


    Les humains qui deviennent des Ames damnées sont ceux qui refusent de mourir qui avait peur de la mort qui aimait la vie, qui s'attachait trop à la vie et refusait alors de la quitter, de laisser leur place à d'autres. Ce sont des personne qui n'ont pas eu le temps de profiter de leur vie, de jouir des bons moments , qui ne l'ont pas vu passer , qui n'en ont pas profiter. Mais encore des gens qui ont fait des erreurs irréparables, qui ont gâché, raté leur vie, qui ont eu une mauvaise vie, qui semait le mal, qui faisait souffrir leur proche, qui commettait des actes abominables. Toutes ces personnes qui voudrait une seconde chance, qui voudrait tout recommencer, que les choses ce soit passer autrement, tout ces gens refusent leur mortalité et leur ames sont retenus sur terre de cette façon et prennent au bout d'un certain temps cette forme nuageuse comme des ames consumées et pourissantes.

    Il est très difficile de les apercevoir par le regard, mais il est néanmoins possible de les percevoir. En effet quand il s'approche de vous votre attitude change, votre humeur devient différente, ces fantômes dégage des ondes très négative, il émane d'eux quelque chose d'insupporteble, d'intenable, vous êtes alors pleins de mauvaise pensées vous avez envie de faire du mal de blesser de tuer, vous ressentez de la haine, du chagrin de la colère de la jalousie de l'angoisse, cela peut aller jusqu'à vous rendre fou, vous faire perdre vos moyens votre raisonnement vous ne maîtrisez alors plus rien, vous ne contrôler plus votre corp, votre esprit."

    Itarille marqua une pause, elle lui avait raconté cela tout en regardant en direction de la forêt, fouillant dans ses souvenirs. Elle se rappelait parfaitement la première fois qu'elle avait découvert l'éxistence de ces êtres (si on pouvait les qualifier d'être).

    C'était en pleine journée, en début d'après-midi alors qu'elle et sa soeur allait se rendre à cheval à leur clairière adorée. Soudain un des leurs, un jeune elfe, c'était mis à tirer des flèches sur les habitations sans aucune raison apparente, il venait en effet d'être posséder par une ame damnée. On pouvait voir la défiguration de son visage d'habitude si serain, la haine qu'on ne lui connaissait pas se lisant soudain dans ses yeux. C'est par cet évenemant qu'elle entendit parler de ces esprits pour la première fois et depuis elle en avait une peur terrible, cela l'avait taumatisé car elle était encore jeune.
    Et dire que ces êtres étaient réapparus et causaient en ce moment même de gros dégâts au sein de sa tribu.
    C'est cette vision atroce qui l'avait poussé à vouloir participer à la défense de son peuple.


    Elle chassa ce souvenir de sa mémoire et reporta toute son attention sur son compagnon, elle le regarda un moment essayant de cerner ses pensées puis elle reprit.[/i

    "Comme je vous le disez ces êtres cherchent à avoir une seconde chance, une seconde vie. De ce fait ils cherchent des corps pour les posseder et vivre à leur place. Ils envient et detestent même par jalousie justement, les êtres encore vivants , pour cette raison ils s'attaquent aux humains car ils sont de leur race. Mais pas seulement, ils s'attaquent égalemant aux elfes. Cela s'explique par le fait qu'ils envient ce que nous sommes , notre quasi immortalité, nous avons une vie plus longue que la vôtre, vous les humains. Nous sommes des êtres quasi proche de la perfection, beaux brillants, intélligents, sages, serains etcetera, et c'est ce qu'ils recherchent.

    Seulement ils ignorent qu'ils ne peuvent refaire leur vie à travers nous, d'avoir la chance de tenter d'avoir une vie heureuse, car ils ne sont plus qu'un nuage renformant des sentiments de haine, de violence, de jalousie de peur et comme ils ne sont que ça ils ne peuvent être rien d'autre car ils est impossible qu'ils deviennent la personne qu'ils possède puisque alors ils anéantissent complètement sa personnalité. Elle est complètement posseder par celle de l'âme. En résumé il ne font que recommencer leur vie malheureuse, il la perpétue."


    [i]Elle fit à nouveau un silence, elle avait encore certaines choses à lui raconter.


    Dernière édition par le Mar 16 Mai - 19:04, édité 2 fois
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Invité le Jeu 11 Mai - 9:56

    Mitoz avait entendu les propos de la jeune fille. Pas tous, évidemment. Elle avait commencé un peu avant qu'il puisse l'entendre.

    Il prenait soin de tout noter sur son carnet. Le bout de fusain crissait sur le papier, noircissant le bout de ses ongles. Il était fébrile. C'était bien la première fois qu'il entendait une histoire de ce genre.

    Monsieur le Juge allait être content. Peut-être... qu'il lui en aprendrait un peu plus sur sa place au sien de l'organ... zut! Il avait bien pour ordre de ne pas y penser, de ne pas laisser paraitre qu'il appartenanit à une quelconque org...

    Il se mordit la lèvre et se reconcentra sur sa tache. Rapporter des informations à son maitre. Il espèrait qu'aucun propos ne lui avait échappé, et surtout, que personne n'avait deviné.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Invité le Sam 13 Mai - 16:43

    [hrp : autre remarque, la notion d'atomes n'existe pas]

    Le Moine écouta avec un certain calme les propos de l'elfe, même si la sensation d'être épié n'était que trop présente. Des âmes errantes. Il l'avait brièvement lu dans un livre de la bibliothèque des Monastères, mais n'avait jamais réellement pensé que ça pourrait exister, ni qu'il pourrait en rencontrer un jour. Cela serait une expérience enrichissante, même s'il ne pouvait connaître l'issue si jamais il croisait le chemin d'un de ces êtres éthérés, à moitié présents dans le plan réel et celui des morts.

    S'il revenait avec cette connaissance aux Monastères, ce serait un grand pas en avant pour tout leur ordre, ce qui leur permettrait d'affiner leur art, et surtout qu'il affecte tous les plans possibles, que cela rassemble mental et physique, le tout combiné grâce à la magie, une force de défense incomparable. En association avec le pouvoir de leurs pierres, ils redeviendraient les protecteurs des temps jadis, ils ne seraient plus confinés dans l'anonymat et l'incompréhension.

    - Des esprits. Soit. Merci de m'avoir avertit de ce danger, je pourrai y prendre garde de cette façon. Mais je me dois de poser cette question : avez-vous déjà été possédée par ces esprits ?
    avatar
    Felgueran
    Sage Fondateur
    Sage Fondateur

    Nombre de messages : 185
    Age : 31
    Date d'inscription : 21/07/2005

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Felgueran le Lun 15 Mai - 14:15

    [C'est à vous de voir pour le niveau de science. Je parle de science, car la connaissance des atomes n'est aps une choses aisées...

    Elfus et moi vous laissons une libertée sur ce sujet. Certains peuples peuvent être plus évolués que d'autres, mais il faudra nous préciser pourquoi.

    Vous pouvez parler de ce thème dans l'espace Arrow Questions des joueurs en y créant un nouveau sujet.

    Merci de votre compréhention.]


    _________________
    C'est là que tout commence.
    avatar
    Itarille
    Invité

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Itarille le Mer 17 Mai - 19:21

    Thérak avait profité de son moment de silence pour lui faire part de ces impressions sur tout ce qu'elle venait de lui apprendre. Il lui fit quelques remarques et lui posa une question qu'elle trouvait très intéressante.
    Elle s'empressa de lui répondre en essayant le plus possible d'être précise sur l'anecdote qu'elle allait lui raconter :


    - "Bien heureusement non je n'ai pas été possédée par une de ces âmes errantes mais il s'en est fallut de peu, votre question est intéressante car j'allais justement poursuivre avec ce détail. Premièrement ce sont surtout des personnes qui ont acquis une grande sagesse qui peuvent le plus résister à ces âmes, et d'ailleurs qui y parviennent .

    En fait dès qu'elle vous possède elle vous détruit, toutes les mauvaises choses, tout ces mauvais sentiments que ces âmes font penetrer en vous peut vous tuer, ou vous conduire à la folie. C'est pourquoi pour les combattre il faut avoir une grande force mentale , il faut être capable de les empêcher de s'emparer de votre être. C'est la seule solution.

    C'est pour ça que les elfes arrive à les dominer et à les faire fuir, car nous sommes des êtres dotés d'une grande intélligence et d'une grande sagesse qu'on acquiert au fil du temps. Les humains, eux, sont plus faibles pour la plupart, vous on peut dire qu'en étant moine vous avez les capacités mentales de leur résister. Pour ces personnes qui sont plutôt faible pour les faire fuir il faut avoir des mauvaises pensées, laisser notre être s'envahir de haine car ce n'est pas ce que ces âmes recherche donc si vous ressenter des mauvaises choses elles vont vous fuir.

    Ces âmes s'attaquent aussi très souvent aux enfants car ils ont l'insoucience , l'innocence, le bonheur de l'enfance et ils ne sont pas à cet âge là assez fort mentalement pour résister à ces êtres.
    C'est ce qu'il m'est arrivé quand j'étais encore une enfant , un de ces esprits à voulu me posséder mais par chance j'étais en colère ce jour- là, je n'ai pas envie de trop m'étaler sur les raisons de ma colère mais c'est ce qui m'a sauvé car de cette façon j'ai fait fuir cet esprit."


    Itarille se leva et fit quelques pas sur le chemin tout en regardant dans la direction où celui-ci s'enfonçait au coeur dans la forêt. Elle revint aussitôt sur ses pas et regarda Thérak avant de poursuivre.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Invité le Ven 26 Mai - 1:37

    Le fait est qu'Iltarille ne tenait pas les elfes en basse estime, bien au contraire, à croire que seuls ceux-ci ne méritaient de survivre à la surface des terres. Allons bon... Même un crotale a sa place dans ces royaumes.

    Des esprits, des ombres. Les Moines recherchaient une connaissance des faits, des espèces, des entités éthérées, car quelconque expérience ne pouvait que profiter au Savoir Universel, afin que tout le monde puisse en ressortir grandit.

    - Nous en rencontrerons, dame Iltarille, nous en rencontrerons, mais ce ne sera pas le temps d'un malheur dame Iltarille. Nous sommes ici pour retrouver quelqu'un de votre peuple, et revenir avec lui à Anirae. S'il y a bien une chose dont nous pourrons être sûrs, c'est que ni vous ni moi ne trouverons grand malheur dans ce périple. J'ai juré de vous protéger, et c'est ce que je ferais, adversaire intengible ou pas.

    Il fit un salut monial, avant de retrouver sa placidité naturelle.
    - Allons-y. Chaque seconde qui passe est un facteur d'échec.
    avatar
    Itarille
    Invité

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Itarille le Mar 30 Mai - 11:27

    Itarille avait encore quelques détails à lui expliciter, mais avant qu'elle ne poursuive son discours Thérak prit la parole.
    Ce qu'il lui dit la réconforta, elle était rassurée de savoir qu'il serait là pour la défendre. Aussi avait-il raison quand il lui dit qu'il était nécessaire de reprendre la route, ils perdaient du temps avec ses histoires, bien qu'elle l'avait profité du repos de Thérak après sa course pour lui parler, désormais il était de temps de repartir comme il le lui avait indiqué...après tout elle poursuivrait son histoire en route.

    " Oui vous avez entièrement raison ne perdons pas plus une minute et remettons nous en route"


    Sur ce elle monta sur son cheval et ils partirent tout deux en s'engageant sur le chemin.

    [ PROCHAIN POSTE : Une clairière ]

    Contenu sponsorisé

    Re: A l'orée de la forêt des Arborydes

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 11 Déc - 4:24